SFP2011 Congrès Général de la SFP

Le secret des centenaires

Avec les vieillissement de la population mondiale être centenaire n’a plus rien d’étonnant de nos jours. Par contre les supercentenaires (ayant atteint 105 ou 110 ans selon la définition), cela reste encore rare, mais ils sont toutefois de plus nombreux. Une etude récente tente de comprendre leur secret.

Bien sur tout le monde sait qu’il y a des personnes très agées au Japon (Okinawa) ou en Crète. Mais ce qu’illustre cette étude ce sont les autres localisations géographiques ou il y a la plus forte concentration de supercentenaires. Il y a en effet quelques petites poches réparties un peu partout dans le monde: Nicoya (Costa Rica), Loma Linda (Californie), un plateau du Cachemire (Pakistan), le district de Bama (Chine), l’ile d’Ikaria (Grèce), une province en Géorgie russe, Campo di Mele (Italie) ainsi qu’une vallée en Equateur.

Un des points communs à tous ces endroits est que ce sont des microcosmes isolés de la pollution de la vie moderne où les gens vivent une vie simple souvent agricole, produisant les fruits et légumes qu’ils consomment de manière traditionelle, sans pesticides ou engrais industriels. Ces cultivateurs n’ont pas besoin de natural garcinia cambogia pour perdre du poids au contraire de leurs contemporains des grandes villes car ils mènent une vie saine et physique. Du plus ils souffrent de peu de maladies telles que le cancer, le diabète, les maladies cardio-vasculaires ou Parkinson.

Mais ceci n’explique pas tout car les régions avoisinantes bénéficient également des mêmes critères mais avec une durée de vie moyenne bien plus courte. Ce que les chercheurs ont découvert ce sont d’autres aspects qui expliquent leur secret. D’une part, l’activité prolongée par example par le bénévolat, d’autre part l’altruisme sont apparemment des facteurs explicatifs possibles. La bonne humeur et une certaine philosophie de la vie sont également des traits que l’on retrouve dans certaines de ces microrègions.

Ces peuples variés one des régimes alimentaires variés également: certains mangent peu de viande, d’autres rafollent des barbecues. Mais ils mangent tous sainement et boivent de l’eau de source et peu d’alcool. Une autre charactéristique est qu’ils vivent paisiblement et loin du stress.

En conclusion, un régime alimentaire sain, une vie loin de la pollution et du stress urbain, rester actif toute sa vie et faire du bénévolat sont les facteurs déterminants pour expliquer comment atteindre et dépasser cent ans d’après cette étude. Alors songez-y si vous voulez faire de vieux os.

La technologie du iphone 6

Pendant les trois premiers jours de son lancement sur le marché, l’iPhone 6 a attiré une dizaine de millions d’acheteurs. Avec une taille d’écran de 4,7”, beaucoup plus large et plus mince par rapport à celui de l’iPhone 5S, l’iPhone 6 peut se trouver près des appareils Androïde de haute qualité.

Afin de profiter de l’écran Retina HD remarquablement clair, et pour être sûr de disposer d’une précision des couleurs sur cet écran, on y a intégré des pixels à double transistor. Ainsi, les couleurs des films et des photos demeurent fidèles qu’importe l’angle de vue. La qualité des images de cet appareil est totalement identique à celle du LG G3.

Sa puissance et son efficacité

L’iPhone 6 est très puissant et ultra efficace par rapport aux versions précédentes de par le processeur A8 d’Apple qui est 25 % plus rapide en comparaison avec l’A7 trouvé sur l’iPhone 5S. Ce processeur donne aussi des graphiques performants. Son système d’exploitation iOS 8 offre beaucoup d’améliorations, telles qu’une excellente intégration au système OS X des ordinateurs d’Apple. De ce fait, les utilisateurs disposant d’un Mac pourront envoyer des SMS et recevoir des appels depuis leur ordinateur.

Ce système iOS 8 dépasse le système d’exploitation des téléphones Androïde sur une multitude de points. Il permet par exemple l’usage des claviers tiers et la mise en place des applications aptes à interférer entre elles. Avec ce système, l’utilisation des jeux aux graphismes très précis ou le fait de regarder des vidéos à de hautes fréquences d’images devient possible.

Son appareil photo amélioré

Le dernier iPhone possède aussi un appareil photo amélioré par un capteur activant particulièrement la mise au point. Ce capteur de 8 mégapixels placé sur la coque arrière améliore l’identification des visages tout en contrôlant l’exposition afin d’effectuer de beaux clichés. Cet appareil peut concevoir et enregistrer des vidéos HD en 1080p. Il fait aussi une capture d’une soixantaine d’images par seconde.

Sa rapide connectivité

Côté connectivité, l’iPhone 6 procure une connexion très rapide pouvant aller jusqu’à 150 Mbit/s. Il peut accéder à plusieurs bandes LTE qui restent inaccessibles par les autres Smartphones. Grâce aux technologies sans fil et le 4G LTE, l’iPhone 6 permet aux utilisateurs de l’appareil de faire un téléchargement rapidement. Ainsi, ils peuvent facilement naviguer sur Internet, écouter de la musique, télécharger rapidement des films en streaming, passer aisément des appels vidéo… La prise à sa charge de la norme 802.11ac permet à ce nouveau Smartphone de jouir d’un Wi‑Fi plus rapide par rapport à celui avec la norme 802.11n.

Sa grande autonomie

Même si la puce A 8 est petite, elle est ultra efficace. Hormis les milliards de transistors pouvant donner de remarquables performances, cette puce est 50 % plus économe d’énergie en comparaison avec la puce A7. Elle détient une autonomie considérable malgré les fonctionnalités de pointe de l’iPhone 6. Ce Smartphone innovant a donc été créé afin d’être singulièrement économe en énergie. Il offre de ce fait l’occasion d’exploiter les applications comme les jeux en ligne et différentes fonctionnalités durant toute la journée.

La forêt tropicale du sud-est asiatique

Les forêts tropicales d’Asie du sud-est sont les plus anciennes forêts tropicales cohérentes sur Terre, datant du Pléistocène il y a 70 millions d’années. Elles ont une grande richesse biologique et une diversité sans égal par rapport aux forêts tropicales amazoniennes ou africaines. Pourtant, l’Asie du Sud perd ses forêts plus vite que n’importe quelle autre région équatoriale, et a le moins de forêts primaires restantes. Il est prévu que la plupart des forêts tropicales primaires d’Asie du sud-est seront détruits dans les 10 prochaines années.

L’Asie du sud-est est une chaîne de 3,100 mile de long avec environ 20.000 îles entre l’Asie et l’Australie. Elle couvre une zone de 1,115,000 miles carrés, soit près du double de la taille de l’Alaska. Il y a des millions d’années, alors que le reste du monde passait par des  périodes de refroidissement et  de réchauffement, le climat de la région est resté plus ou moins le même. Ceci est dû principalement à cause de son emplacement sur l’équateur et sont entourage par l’eau.

Parce que le climat à l’équateur ne change pas beaucoup et que les océans qui l’entourent offrent beaucoup de l’humidité sous forme de pluie, la région a pu avoir des forêts permanentes sur des périodes de temps très longues. Comme le niveau des mers montait et descendait à travers des cycles de réchauffement et de de refroidissement, de petites poches de forêts ont survécu comme refuges forestiers, ou réservoirs de la faune à partir de laquelle diverses espèces pouvaient se rétablir.

La Malaisie et les îles de Bornéo, Sumatra et Java faisaient toutes partie de la même massependant la dernière période glaciaire. Lorsque les glaciers ont fondu et le niveau des mers a monté beaucoup de ces réservoirs ont été coupés les uns des autres. Ceci a contraint les espècee à se développer selon leurs propre chemin évolutif distinct en réponse à  l’environnement local, conduisant à une étonnante diversité d’espèces de toutes sortes.

Une caractéristique intéressante de la forêt tropicale de plaine de la Malaisie, Bornéo et Sumatra est la domination d’une famille d’arbres, les Diptérocarpacées. Ce sont des arbres qui peuvent atteindre une hauteur de 40 mètres. Leurs couronnes sont prises en charge sur les grands troncs droits. De nombreux épiphytes, comme les orchidées et les fougères poussent sur les arbres, de meme que la garcinia cambogia. Lianes, vignes et figuiers étrangleurs s’accrochent aux arbres à mesure qu’ils grandissent vers le soleil. L’espèce émergente est la tualang (Koompassia excelsa), qui peut atteindre une hauteur de 90 mètres. C’est le troisième plus grand arbre du monde, et il n’est presque jamais abattu en raison de son bois dur et ses contreforts massifs. Mais, surtout, c’est la maison des abeilles dont les nids pendent comme des coins énormes de la face inférieure de ses branches. Ces arbres ont plus de valeur monétaire lorsqu’ils sont laissé debout.

Les arbres et les arbustes dans la canopée inférieure ont des couronnes en feuilles allongées de la portée de la lumière. Les espèces tolérantes à l’ombre s’y épanouissent aussi. Les feuilles sont le meilleur angle pour recevoir la lumière. Des articulations spéciales enflées à la base de la tige, appelée pulvinus, font pivoter la feuille pour suivre le soleil.

Le sol de la forêt est peu profond avec la plupart des éléments nutritifs proches de la surface. Les feuilles mortes et les arbres morts sont rapidement consommés et décomposés par les champignons, les insectes et autres décomposeurs. La décomposition des nutriments créés est immédiatement reprise par la biomasse de la forêt. Parce que les nutriments sont proches de la surface, les racines ne poussent pas très loin vers le bas, et les arbres sont adaptés par la croissance des racines en contrefort jusqu’à 30 m de haut, ou les racines échasses qui pendent de leurs troncs et des branches.

Il existe de nombreuses relations de mutualisme au sein de l’écosystème de la forêt tropicale. Les chauves-souris aube sont les pollinisateurs de l’arbre durian. Chacune des centaines d’espèces de figuiers ont leur propre espèce de guêpe pollinisatrice, sans laquelle ils tomberaient rapidement en extinction. Les gibbons vivent toute leur vie dans la canopée haute des forêts de diptérocarpacées, sasn jamais descendre au sol. Leur survie dépend de la diptérocarpacées et des figuiers qui les nourrissent tout au long de l’année. L’écosystème de la forêt tropicale s’étend à des milliers de plantes qui supportent les mammifères et les oiseaux. Si une espèce clé est éliminée, des pertes supplémentaires seront déclenchées et créeront un effet de dominos des extinctions.

Les arbres ne fleurissent pas et ont des en même temps dans la forêt tropicale du Sud-Est asiatique. Certains arbres n’ont des fruits qu’une fois tous les trois ans, une partie seulement tous les dix ans. Avec un cycle court en éléments nutritifs, il est difficile pour les arbres de produire de grandes quantités de fruits à intervalles réguliers. De nombreux arbres terminent le cycle de floraison en une seule journée, et ne sont réceptifs que pendant quelques heures pendant la journée ou de la nuit. Très peu d’arbres dépendent du vent pour la pollinisation car il y a peu d’air sous le couvert forestier dense. Ces arbres dépendent des animaux et des insectes pour polliniser et disperser leurs graines. Des arbres émergents comme le Kapok qui peut atteindre une hauteur de 90 m peuvent se permettre d’avoir des graines déplacées par le vent. Leurs couronnes croît au-dessus de la verrière et sont exposées aux vents qui y soufflent.

Quand les graines tombent sur le sol, elles ont presque toujours besoin de germer dans des conditions ombragées. Le sol de la forêt est un endroit difficile pour y commencer la vie, et de nombreuses graines s’entourent d’un pulpe charnue et aromatique comme source immédiate de nourriture. L’odorat joue un rôle important dans le cycle de vie d’une plante, et de nombreuses plantes auront de fortes odeurs des fleurs et des fruits. La rafflesia sent comme un corps en décomposition, et le fruit durian sent mauvais aussi, mais il est connu comme le roi des fruits et a un goût délicieux. L’odeur puissante attire les animaux et les insectes qui mangent et dispersent les graines loin de leur arbre-mère.

Des centaines d’espèces animales et végétales sont en voie d’extinction en Asie du sud-est. Le rhinocéros à deux cornes de Sumatra survit dans des poches de petites forêts de Sumatra et de Bornéo. Leur population totale est estimée à seulement 300 à 500 individus. Le rhinocéros de Java a déjà glissé vers l’extinction. Le tigre de Sumatra, comme son cousin le tigre de Java seront bientôt éteints aussi. L’éléphant d’Asie est un autre herbivore qui a besoin de grandes quantités de forêt pour survivre. L’empiétement d’établissements humains et l’exploitation forestière font une diminution de leur habitat dans la mesure où ils ne peuvent plus supporter les éléphants. Le tapir malais est la plus grande des 4 espèces de tapir encore en vie et pas plus de 50 animaux vivent encore à l’état sauvage. Un autre animal trouvé seulement sur Sumatra et Bornéo est l’orang-outan, ou homme de la forêt. Ils se nourrissent principalement de fruits et passent au travers de la forêt en suivant les arbres fruitiers. Il y a treize espèces différentes de primates dans les forêts de basse altitude de Bornéo. La plupart ont des domaines vitaux se chevauchant mais qui ont des régimeset des métho des de recherche de nourriture différents.

Le climat de l’Asie du Sud est classée comme un climat tropical humide. Le climat est influencé par les systèmes éoliens maritimes qui sont originaires de l’océan Indien et la mer de Chine méridionale. Il y a deux saisons de mousson. La mousson nord-est d’octobre à février qui apporte de fortes pluies à l’est des îles. Ces tempêtes portent le même poinçon que les ouragans de l’Atlantique, mais passent beaucoup de leur énergie au cours des Phillipines. La mousson du sud-ouest est plus puissante et se produit d’avril à août. Les fortes pluies saturent le côté ouest de l’archipel.

Tout changement dans le cycle de la mousson peut avoir des conséquences dévastatrices. En 1992-1993, l’un des plus grands feux brûlait toujours à Kalimantan. L’exploitation forestière à grande échelle a dégradé la forêt primaire et a tendance à faire du feu. La sécheresse provoquée par le phénomène El Niño a créé une catastrophe lorsque les feux agricoles sont devenus hors de contrôle. En Indonésie, l’exploitation forestière illégale a conduit à une catastrophe biologique qui affecte des milliers d’espèces végétales et animales et bouleverse l’équilibre biologique naturel qui maintient une forêt saine et stable. Le mutualisme qui soutient de nombreuses espèces a été déstabilisé et pourrait conduire à des extinctions massives.

Observer les oscillations matière-antimatière

Les D-mésons sont les quatrièmes dans un quatuor de mésons neutres à être observé oscillant avec leurs partenaires antiparticules.

Alors que la mécanique quantique est maintenant une théorie bien établie, elle fascine toujours autant les nouveaux arrivants que les experts avec ses phénomènes inhabituels. Le paradoxe du chat de Schrödinger et les subtilités de l’interférence sont des classiques intemporels. Un autre effet quantique moins familier, les oscillations des mésons neutres (états liés d’un quark et d’un antiquark), a également intrigué de nonbreux chercheurs en physique depuis près de soixante ans. Ces mésons oscillent entre leur état particule et antiparticule. Les idées théoriques qui sous-tendent ce comportement appellent à des concepts qui sont profondément ancrées dans l’histoire de la physique des particules.

L’interaction faible, mieux connu comme la force fondamentale provoquant la désintégration bêta radioactive, c’est l’alchimie de la physique des particules élémentaires, capable de changer le type ou arôme, des quarks quarks. Rappelons, par exemple, qu’un neutron, contenant un quark up et de deux quarks down émet un électron et un antineutrino lors de la désintégration bêta et devient un proton. Un tel changement de saveur, ici de bas en haut, est une caractéristique de l’interaction faible. Les mésons, construit à partir d’un quark et d’un antiquark plutôt que de trois quarks, permettent une possibilité plus subtile. Une interaction de deuxième ordre faible peut faire le quark antiquark changent de place: un méson neutre peut osciller dans son antiparticule. Il existe quatre systèmes de mésons sujets à de telles oscillations. Chacun de ceux-ci forment un système à deux états quantiques où peuvent se produire des oscillations.

Les oscillations des mésons sont intimement liés à l’existence de trois générations de quarks: de haut en bas, le charme et étrange, et en haut et en bas. Construire des atomes exige seulement un quark up et down, mais il y a deux générations supplémentaires. L’existence même de ces quarks supplémentaires est un mystère de longue date en physique des particules: ils sont plus massives, mais par ailleurs des copies semblable du quarks up et down. Le quatuor d’oscillation des paires de mésons contient ces quarks supplémentaires, et la physique détaillée des interactions faibles donne chacune des paires de mésons un caractère quelque peu différent.

Le caractère des oscillations, et donc notre stratégie pour les détecter, dépend de deux paramètres clés. Les interactions faibles permettent au contraire de dégénérer les mésons et de les mélanger les uns avec les autres. Il en résulte deux nouveaux états propres, avec de petites différences dans leurs masses et durée, conduisant à des oscillations avec une fréquence liée à la différence de masse. Les observations sont plus faciles lorsque la période d’oscillation est comparable à la durée de vie. C’est le cas pour les systèmes où le phénomène est maintenant bien étudié. D’autre part, pour ce système les oscillations sont très rapides et des expériences sont nécessaires pour la résolution temporelle pour finalement les résoudre. Il y a peu de temps pour les oscillations assez lentes d’avoir un effet avant la désintégration des particules et des statistiques de mesure suffisamment élevées sont essentielles pour une observation correcte.

Des recherches sur les oscillations avec différentes techniques ont récemment abouti. La technique de base utilisée consiste à déterminer la saveur, ou à la production, puis de nouveau à la décomposition, permettant la détection d’un changement de saveur (oscillation). Parmi les particules produites par les collisions proton-proton étudiés sont les mésons. Un décroît généralement à un, mais jamais l’inverse. Ainsi, la charge du méson définitivement balise la saveur initiale. Pour marquer à la carie, on utilise à nouveau la charge électrique dans certaines désintégrations spécifiques. Une décroissance courante donne dans ces panneaux de droite et la de la désintégration sont de même signe. Un mauvais signe la carie a des charges différentes et peut indiquer qu’une oscillation, suivie par la désintégration antiparticule,, a eu lieu.

La mouche seule ombre au tableau est que d’une petite fraction, environ, de tous se désintègre en sont en fait, fournir une deuxième source de mal-sign se désintègre sans rapport avec les oscillations. Mais le temps nous donne une tapette à mouche: ce processus d’arrière-plan a une amplitude constante, tandis que les oscillations varient dans le temps. En l’absence d’oscillations, le taux de WS / RS serait un temps constant vs. Ce que les physiciens ont observé était une petite variation en fonction du temps du taux de WS / RS. Pour signaler une oscillation, les caries mal-signe doivent venir au bon moment. La dépendance temporelle est équipée pour extraire les paramètres de l’oscillation et l’hypothèse qu’aucune des oscillations ne se produit est exclue avec une confiance statistique élevé (écarts-types).

Le détecteur et la détente sont accordés pour étudier les états contenant des quarks ou de charme. Les collisions se produisent à un taux de mégahertz, mais les données ne peuvent être enregistrées à 3 kilohertz pour une analyse ultérieure. Une clé de la sélection réussie est la durée de vie relativement longue, environ une picoseconde, pour les états qui contiennent ces quarks. Pour les particules qui se déplacent rapidement, ces temps courts correspondent à des distances de propagation mesurables, qui permettent de l’espace qui les sépare. Depuis des mesures de haute précision sont nécessaires pour des décisions en temps réel, une immense quantité de travail va dans l’étalonnage, le contrôle qualité, la maintenance et les autres activités nécessaires pour que ce processus fonctionne. Les données obtenues de haute qualité pour la mesure de l’oscillation sont un témoignage de la réussite de cette entreprise. La capacité de choisir de manière sélective les collisions intéressantes permet un programme physique très large.

Les efforts de recherche considérables sont actuellement consacrées aux interactions faibles de quarks et de puzzle associé de leurs trois générations. Idéalement, les oscillations abordés ici aideront dans la recherche pour trouver des indices d’une nouvelle physique au delà du modèle standard actuel de la physique des particules. Il est alléchant que les résultats expérimentaux se situent vers l’extrémité supérieure de la fourchette prédite théoriquement, mais malheureusement les calculs précis des oscillations ne sont pas encore possibles. Au lieu d’autres expériences connexes se présentent comme un défi à nos capacités théoriques. Mais alors même que nous attendons des progrès sur ce front, nous pouvons encore savourer les harmonies subtiles de quatuor oscillant de la nature, enfin terminée.